Rien à voir avec un best of. Leur premier album mélange rock, disco et punk. D Music. C QUOI? Un régal. Chaque morceau est une surprise. Quel talent! Pas forcément mieux ou moins bien mais plus équilibré et plus varié. Rimes riches, jeux de mots, variété du vocabulaire. Le Breton est un conteur hors pair. Originalité, humour, tendresse, mélancolie. On se laisse volontiers chatouiller par sa plume. Judicieux le choix, judicieux!

Deux Noirs, deux Blancs sortis de nulle part entre les villes de Silkeborg et Aarhus, ça vous dit quelque chose? Et alors? Ce 12e opus offre encore une fois un savoureux mélange de musique électronique lounge et acoustique. Idéal pour se prélasser! Pompougnac distille toujours aussi bien le sien. Ta musique est bonne Nicholson! Mais il faut un vainqueur. Plus frais, plus novateur, plus léger. On peut ajouter Heather Nova.

On y perçoit la souffrance, la mélancolie, la colère, la joie, la passion. Fais-nous un dessin. Nihiliste, il élabore toujours les plans les plus diaboliques pour tuer le chien. Encore plus rares sont les joueuses dans cet univers très masculin.

Alexia Portal combine les deux : comédienne de métier, elle évolue au sein du Team Winamax depuis deux ans. Petite déjà, je passais des heures en famille sur toute sorte de jeu : belote coinchée, tarot, backgammon, poker fermé avec des pièces jaunes. Tu étais donc prédisposée à devenir joueuse pro. Prédisposée, je ne sais pas. Le jeu est une composante très importante de ma vie. Les moments de partage aussi. Quelles qualités de comédienne te sont utiles à une table?

Quand on reste dix heures à une table, il faut savoir aimer ses adversaires pour mieux les lire et rentrer dans leur tête. Je vais rentrer dans des coups avec les joueurs que je pense moins forts et qui vont me donner leurs jetons.

Après, quand on joue, on ne se fait pas de cadeau! Et je suis peut-être celle que cela fragilise le plus car je ne gère pas très bien de jouer contre des gens que je connais et qui me connaissent. Tu mènes de front tes deux carrières tout en étant mère de famille! Comment fais-tu? Avec mon métier de comédienne, je suis, soit très libre, soit très prise. Là, je pars en tournage au Liban donc je ne vais pas jouer pendant dix jours. Je me rattraperai à mon retour, avec le poker et mes enfants.

Je viens de resigner mon contrat avec Winamax, nous sommes contents de notre collaboration. Être joueuse me permet de refuser certains projets artistiques qui ne me plaisent pas. Tant que je pourrais continuer comme ça. Peu à peu, ceux-ci découvrent que Nexus est un dormeur pathologique qui reprend nuit après nuit le fil du même rêve. Est-il fou? Ce sont ces retrouvailles que le photographe Richard Aujard nous fait partager grâce à ses superbes clichés noir et blanc.

Dans les trains, les hôtels, pendant les balances, il nous glisse dans les flight cases de la tournée. Photographies de Richard Aujard. Il fait appel à ses potes Mink et Monk, en pleine embrouille.

Dix millions de dollars, le FBI, la police, des frères gangsters. Tous les personnages sont étrangement liés. Le plus intriguant! Le Serpent à Plumes. Sympa, papi. Evidemment, on se doute que le carnet aura finalement une valeur inestimable : celle de pouvoir faire revivre ses plus beaux souvenirs.

Même si son côté Guy Carlier est parfois agaçant comprenez par-là : aligner tous les poncifs nostalgiques sur le temps qui passeCyril Massarotto parvient toujours à nous émouvoir grâce à la fraîcheur de ses personnages et à la limpidité de sa plume. À quoi bon faire revivre ses souvenirs? Pour mesurer le chemin parcouru? Pour mieux recommencer à zéro?

Article : Frédérique Salinier et Arthur Garnier. Un matin, le minceur cannes km est retrouvé assassiné… Chabouté, comme à son habitude, signe un album somptueux : dans la mer déchaînée, son univers graphique trouve une résonance particulière, ses lignes incarnent les vagues, ses aplats magnifient la brume et ses cases dansantes subliment la tempête.

Les violences faites aux femmes sont mal connues. Cette diversité fait de ce livre un beau livre, aux graphismes riches et aux tons justes.

Tous les jours, il livre un dessin souvent très à propos et toujours très drôle. Voir Nicolas Sarkozy en patate aux yeux sévères est un vrai plaisir!

Article : Charlotte Cousin À culture différente, technique de drague différente? Inès, 25 ans, a séjourné un an en Syrie et a observé que les habitants du pays abordent les Occidentaux de manière différente. En terres asiatiques, on reste pas mal sur la réserve. Proche en cela du Finlandais comme le confirme Miika 22 ans. Studyrama, Italie : le latin lover Atout : la tchatche.

Ici, la drague est le sport national. Suède : le téméraire Atout : le physique. France : le galant sexy Atout : être Français. Ça ne suffit pas toujours mais les Français conservent une réputation de romantique et de beau parleur. Angleterre : le pinté Atout : sa bière. Y aller franco sur la boisson, il sait faire.

Il part à la chasse en meute mais sait ramener le gibier seul. Ceux-là savent jouer de leur corps. Muscles saillants, balancement des hanches ; en un tour de danse, ils vous font tourner la tête. États-Unis : le pudique trash Atout : la schizophrénie. Comment as-tu conçu ce guide? Donne-nous un bon plan drague… Il y a les classiques comme la boîte, le pub.

Mais aussi la piscine! Être attentionné, cela marche toujours. Et aussi, rester le plus naturel possible, contrairement à la séduction qui relève un peu du mensonge. Ça enlève la gêne.

Ça bastonne grave! Le contrôleur de jeu une platine se décompose en deux blocs. Malin, les deux blocs peuvent se brancher indifféremment pour gaucher ou droitier.

Les titres de la playlist sont des compos déjà mixées de deux chansons. Rap, électro, pop, rock. Des Daft Punk à N. Selon le niveau de difficulté, on utilisera progressivement le crossfader et le pitch.

Un jeu de combats majestueux réunissant vingt personnages parmi les plus emblématiques des dix premiers opus. Après avoir choisi son camp entre les dieux Chaos ou Cosmos, on attaque le scénario principal. Des contenus additionnels téléchargeables GEM proposent de véritables jeux dans le jeu. Dans le GEM station de ski, il faudra décider du tracé des pistes, des prix, et construire chalets, commerces, et patinoires pour accueillir un maximum de touristes.

Avant de parvenir au sommet, il faudra affronter des conditions climatiques extrêmes et combattre des ennemis maléfiques : les âmes démoniaques des disparus de la montagne. Nunchuck et Wiimote en mains, on escalade, on combat au corps à corps, on fait appel à la magie. Au programme : ski alpin, snowboard et bobsleigh utilisant la Balance Board sur Wiisaut à ski, patinage artistique ou hockey sur glace.

Un gameplay fun et de nouveaux personnages Metal Sonic, Donkey Kong. Le jeu promet encore une fois des soirées multijoueurs endiablées. Article :Jérémy Patrelle Le plasma, oubliez.

Le LCD, fini. Les constructeurs nous ont concocté un nouveau joujou : le téléviseur 3D. Mais combien ça va nous coûter cette petite plaisanterie à lunettes? Et ça concerne quels programmes? Pas de panique, lisez ci-dessous. Pour concevoir les images de la télé en trois dimensions, on utilise la même logique.

Donc première info : pour regarder la télé en 3D, il faut avoir un cerveau en état de fonctionnement. Un bon cerveau et de bonnes lunettes.

Après, le cerveau combine tout et on voit en 3D. Deuxième info : les lunettes Actives sont indispensables et chères. Troisième info : les téléviseurs et lecteurs Blu-ray 3D seront aussi plus chers. Bilan : beaucoup de sous pour pas grand-chose! Et cela tant que les chaînes ne filmeront pas en 3D. Ce sont donc plutôt les sorties DVD des films en 3D et de nouveaux jeux vidéo qui devraient lancer le marché, à la rentrée Le foot pourrait accélérer le processus.

Si nous ne sommes pas encore sûrs de jouer la 1ère Coupe du Monde en Afrique la faute à qui?!? Abordons enfin le plus important : le ressenti.

Après, pas trop de surprise : ça tape à peu près partout et c'est donc aussi désagréable que la plupart des autres modèles de SLC. Dommage car pour ce qui est de l'intégration, c'est très chouette, avec un beau positionnement au bord du lac et même un petit tunnel dans le caillou en fin de parcours.

Et là, comment vous dire Au départ, tout va bien : on embarque dans des trains à peu près aussi inconfortables que ceux de la version nippone, ça monte en avant sur le lift, puis repart en arrière, on traverse la gare suivie du looping où l'on fait bien tasser les vertèbres au passage. Enfin voici la rampe inclinée en bout du parcours. Le train repart donc ensuite en avant et, lorsqu'on arrive à nouveau au sommet du looping, énorme bruit métallique, ralentissement très brutal et cette impression fugitive mais qu'on ne peut ignorer que le wagon botox hong kong 7s à tomber.

Ça y est, on est en train de vivre nos dernières secondes de parkfan Molière sera mort sur scène et nous sur un vieux grand huit chinois pourri! Vu que vous êtes en train de lire ces lignes, vous devinez qu'on n'y est en fait pas resté. Pire que ça, le bruit est normal. Enfin normal, on se comprend, il se répète à chaque tour mais, comme on n'avait pas vu tourner le grand huit avant de monter dessus, on s'est bien fait avoir! Je pense que l'explication est à chercher du côté des roues retenant les wagons par le dessous.

Il doit y avoir un tel jeu entre elles et le rail que, lorsque le train repasse dans le looping à faible vitesse, les wagons tombent dessus d'une hauteur suffisante pour provoquer ce grand bang et cette sensation de chute. Je ne suis pas sûr qu'à la longue ce soit très bon pour la mécanique tout ça Ok, les grands huit, on en a fait le tour, et c'est peut être pas plus mal comme ça! Pour le reste, y a quoi? Beaucoup de vieilleries pas très aguichantes Bien entendu, si vous êtes au complet avant ce délai, faudra attendre en comptant les mouches!

Du coup, vous imaginez bien qu'il n'est pas très motivant de faire les attractions, sauf si vous passez devant et qu'elles sont sur le point d'être lancées! On s'est donc contenté d'un tour sur la Flying Island locale ainsi que d'un autre sur une bien infâme copie de Small World, où aucune des poupées ne bougeaient.

Je ne vous raconte pas l'ambiance à l'intérieur, c'était à croire que toutes les marionnettes allaient soudain prendre vie et nous sauter dessus! Verdict sur Suzhou Amusement Land? A votre avis?

Soin naturel anti ride contour yeux maison

Ben c'était nul Les attractions sont risibles quand elles ne vous donnent pas l'impression de vivre vos derniers instants, les opérations sont lamentables et pour ne rien arranger, le parc est terriblement vieillot avec des décors qui partent à peu près tous en cacahuète. Ce n'est pas Bejing Shijingshan, mais on s'en rapproche dangereusement!

Parcs visités : Joyland On quitte Suzhou direction le nord et la ville de Changzhou, à proximité de laquelle se trouve les deux parcs que je vais développer dans ce chapitre et le suivant : World Joyland et China Dinosaurs Park. Si on n'a vraiment pas eu à se plaindre de la météo de tout le séjour, cette journée fut l'exception confirmant la règle : ciel très bas et totalement bouché, pluie, bref, pas tout à fait le temps idéal pour la visite de parcs d'attractions Enfin, faudra bien faire avec donc allons-y avec, pour commencer, World Joyland.

World Joyland, je pense qu'il y en tout de même un ou deux d'entres vous qui ont entendu parler : il s'agit d'un tout nouveau parc ouvert en mai sur le thème des jeux vidéos, avec une déco inspirée des jeux de l'éditeur Blizzard genre Starcraft ou Wolrd of Warcraft, avec pas mal d'emprunts également à Islands of Adventure. D'ailleurs, tout cela n'a guère plu à Blizzard qui a sorti l'artillerie lourde et les avocats au moment de l'inauguration du parc, forçant celui-ci à renommer en catastrophe la plupart de ses zones et de ses attractions!

Je vous jure C'est donc sous une petite pluie que nous arrivons devant les grilles du parc. Le parking est totalement désert, c'est à se demander si c'est bien ouvert non parce qu'on a déjà eu le coup à Parque de Atracciones.

Ouf, ça l'est, en avant pour la visite! D'ailleurs, la ressemblance ne s'arrête pas là puisqu'une fois arrivé au bout se trouve un grand lac central et, sur la droite, une zone pour enfant copiée collée de Seuss Landing!

Bon nous, on est des fous et on prend à gauche, direction la zone Terrain of Magic Première attraction sur laquelle on tombe : Fantasia Atlas. C'est quoi ce truc? Ben j'en sais fichtrement rien De l'extérieur le bâtiment est bien moche, avec, dépassant au sommet, une structure géodésique façon Spaceship Earth ou Eurosat pour les fans de l'autre souris.

Quant à l'intérieur, il a un look très spatioport des années 80, pas forcément moche mais par contre bien ringard. Vu qu'on doit avoir l'air totalement perdu, une opératrice vient nous chercher et nous demande de la suivre dans une succession de rampes qui nous mène rapidement au sommet du bâtiment.

Après quelques minutes d'attente et une vidéo de mise en garde à se pisser dessus cf. Aaaah, mais ce ne serait pas un Soarin' avec embarquement par niveau?! Et ben si! En effet, une fois installés, le côté droit du couloir s'ouvre et les 3 modules de sièges avancent vers l'immense écran hémisphérique situé juste derrière.

Pour le coup, ça c'est une excellente idée, ça permet de garder l'effet de surprise, au contraire de la version Disney ou de celle de Huss testée quelques jours auparavant à Happy Valley Shanghai. Bon et ensuite, ça donne quoi. Côté mouvement des sièges, ça peut aller, ce n'est pas aussi fluide que chez Mickey mais ça n'a pas non plus la tremblante comme le modèle Huss! Non, le problème sur cette version vient plutôt du film, d'une qualité tout simplement immonde, comme s'il était diffusé par un vidéoprojecteur racheté après avoir déjà servi 15 ans au Futuroscope, sans jamais avoir été nettoyé!

Pour un parc ouvert depuis à peine 6 mois et qui en plus revendique clairement une orientation vers les nouvelles technologies audiovisuelles, ça fait vraiment mauvais genre! Dommage parce qu'à côté de cela, la mise en ambiance, elle, était réussie! On continue notre visite de Terrain of Magic avec un gros bâtiment noyé dans le faux rocher et qui abrite Path of Warcraft, un Dark Ride 4D, sans doute bien cheap mais ça, on n'a pas pu le vérifier vu que l'attraction est restée porte close toute la durée de notre visite, sans que l'on ne sache jamais pourquoi, surtout que d'après le panneau situé juste devant, elle était sensée être ouverte Dernière attraction du coin : Beast Bloody Journey.

Derrière ce nom bien étrange et belliqueux se cache en fait le Shoot the Chute du coin. Le parcours est à peu près le même que sur tous les autres que l'on a pus essayer en Chine avec donc une seule mais néanmoins bien haute descente et, heureusement, personne aux canons à eau payants pour parfaire notre trempage! Quartier suivant : Universe of Starship. Après l'heroic fantasy de Terrain of Magic, place au futur à la sauce Protoss de Starcraft.

Autant la zone précédente était plutôt réussie, autant là c'est assez horrible. Faut dire que le béton sculpté aspect lisse et métallisé, c'est pas évident à rendre et, apparemment, ceux qui s'en sont chargés n'étaient pas des maîtres et la matière… Ok donc la déco est moche, mais niveau attraction ça donne quoi? Un drame! Comment ça, elles sont nulles?

Hein, quoi, comment?? Mais, c'est un drame ça! C'est bien ce que je dis. Et au passage, ça me rappelle un douloureux précédent à Parque Espana avec Pyrénées… Allez, essayons de garder le moral ça va être dur et voyons ce qu'il y a d'autre à se mettre sous la dent!

Et puis aussi une autre attraction fermée : Flying Jurassic. Qu'est-ce que c'est encore que ça? D'après ce que j'ai pu en comprendre, c'est un dôme de projection qui semble reprendre le système développé par Falcon's Treehouse pour Dragons Treasure au casino City of Dreams à Macao.

Pour le reste, on n'en saura pas plus! On passe donc à la zone suivante : World of Legend. Après Warcraft puis Starcraft, c'est maintenant au Seigneurs des Anneaux de servir de puits à copies.

Et puis c'est aussi au tour du deuxième crédit fermé de pointer le bout de son nez, en la personne de Mystery in Clouds, le Sky Loop Maurer local. Sur trois grand huit initialement prévus pour ce parc, on n'en fera donc qu'un seul, qui se trouve d'ailleurs juste à côté et qui consiste en un clone Golden Horse du Mine Train Vekoma modèle Calamity Mine.

Après la catastrophique copie du SLC, j'avoue qu'on avait un peu peur de monter dessus. Mais non, ça va, c'est un peu plus branlant que l'original mais au moins on n'en ressort pas avec des bleus partout! Autre attraction du coin : Paradise Helm, un Raft Ride, lui aussi signé Golden Horse et possédant exactement le même circuit peu intéressant que son homologue de Happy Valley Shanghai.

On finit avec Ghost Hunting, un Walk Through à pied en réalité augmentée, avec un principe librement dans le sens de gratuitement inspiré du Video Gun de Total Immersion. En gros, on vous met un PC dans un sac sur le dos et on vous donne un casque audio et un fusil avec, monté dessus, une caméra et un petit écran LCD. L'objectif ensuite est de tuer les fantômes qui apparaissent sur votre écran tout au long du parcours.

Sur le papier c'est assez fun, dans la réalité ça l'est aussi en plus d'être bien sanguinolentenfin du temps que tout fonctionne. Car entre les casques audio HS, l'écran qui fait des siennes, j'en passe et des meilleures, aucun de nous quatre n'a pu faire le parcours en entier sans rencontrer de problèmes techniques! Rappelez-moi depuis quand il est ouvert ce parc Ah oui, six mois!

Tiens d'ailleurs, ça me fait penser qu'il y a encore une attraction de World of Legend dont je ne vous ai pas parlé : Ice World Realm. Il s'agit d'un spectacle utilisant la technique du théâtre optique, comme le préshow de la Mad House de Phantasialand ou de celle du Parc Astérix. Sauf que voilà, là encore, c'est en panne, pas ouvert ou je ne sais quoi En même temps, si c'est du même niveau que celui qui se trouve à Happy Valley Shanghai, on n'a pas loupé grand-chose!

On enchaîne avec le dernier quartier thématique de World Joyland : Mole's World. Bon là, autant carrément dire Seuss Landing tant la zone est une copie de celle d'Islands of Adventure! Y a tout : le carrousel tarabiscoté, le manège des poissons volants, le monorail et même le labyrinthe et la tente du cirque.

Seule originalité, la présence d'un théâtre interactif vous vous rappelez, le Ciné Jeu au Futuroscope Voilà, on a fait le tour, et un gros pavé pour vous décrire tout ça! Verdict sur World Joyland? Très mitigé. Je me répète peut-être mais, pour un parc ouvert depuis même pas un an, c'est tout à fait inadmissible! Les manèges que l'on a pu tester étaient quant à eux pas trop mal sans jamais être exceptionnel, avec, là encore, pas mal de problèmes techniques franchement limites, que ce soit le film dégueulasse du Soarin' ou les Video Guns de Ghost Hunting qui marchaient à moitié.

Au final, pas franchement emballé par ce World Joyland. Peut-être qu'avec toutes les attractions ouvertes et un peu de soleil, ça serait mieux passé Et encore, le parc suinte tellement le plagiat que l'on finit par s'y sentir mal à l'aise. Dommage parce que visiblement il y avait du budget mais faut croire que tout cet argent n'a pas suffit pour acheter un peu de créativité!

Parc visité : China Dinosaurs Park Changement de chapitre, changement de parc mais pas changement de jour. Il ne fait donc toujours pas beau mais au moins la pluie a cessé alors que nous arrivons devant les grilles de China Dinosaurs Park, situé à une petite heure de route de World Joyland. Le thème ici ce sont, sans surprise, les dinosaures, que l'on retrouve sur à peu près toutes les attractions locales mais aussi dans un grand musée situé au centre du parc et je dois dire, assez bien fichu!

Ce qui est moins bien par contre, c'est la politique locale d'opération des attractions : rien de ce qui est en extérieur ne fonctionne à cause de la pluie! Y en a pas qui auraient été prendre des cours du soir à Cedar Point dans perte poids palier verbe coin?

Non mais en plus, il ne pleut plus là! Peu importe, c'est tout de même fermé! Reste donc plus que Pterosaur Shuttle, un MotoCoaster Zamperla qui a la double particularité d'être à la fois indoor et de ne pas posséder de catapulte mais un lift à pneus.

Mis à part ces petites singularités, rien de bien nouveau, ça passe plutôt bien et sans à-coup mais il est un peu regrettable que le parcours ne se compose presque qu'uniquement de spirales, au détriment des nombreux changements de direction qui font le charme du modèle standard.

Côté crédits, on s'arrête donc là. Et pour le reste, qu'est-ce que l'on a testé? Ben le Flume, seule manège en extérieur ouvert.

En même temps, une grosse partie du circuit est en intérieur, dans le bâtiment du musée donc ça a dû faire la différence. Pour ce qui est de l'attraction en elle-même, c'est long, bien décoré, et ça se finit par une belle grande descente, que demander de plus? Ah oui, un peu de soleil… Sinon, quoi d'autre? Un ciné interactif Alterface, en 3D s'il vous plaît, avec la V2 du film Desperado ainsi qu'une espèce de Walk Through horrifique pas spécialement effrayant mais bien mieux fait que les autres qu'on avait pu croisés en Chine ou au Japon.

Et puis voilà, c'est tout! Quoi, déjà? Pour le coup, je ne savais même pas que China Dinosaurs Park en possédait un, tout comme je ne savais également pas que le parc avait une partie aquatique avec un Abyss et un Family Boomerango de chez WhiteWater. Cette fois-ci, je crois que j'ai tout dit. Vous voulez m'entendre râler pendant des lignes et des lignes sur le fait qu'il est complètement débile de ne pas faire tourner des manèges sous la pluie surtout quand en plus il ne pleut pas?

Reportez-vous aux trip-reports de Cedar Point! Ensuite, que voulez-vous que je vous dise sur China Dinosaurs Park, on n'a pas testé les trois quarts des attractions. Ok, celles qu'on a pu faire étaient assez sympathiques, mais de là à pouvoir en déduire quoi que ce soit sur l'ensemble du parc Donc on va juste dire que côté déco, c'est pas fantastique, un brin vieillot dans le style, mais néanmoins bien entretenu, c'est déjà ça.

Pour le reste, faudra qu'on revienne, sans doute pas tout de suite mais sans doute un jour quand même, histoire de faire ce 4th Dimension et aussi parce que le parc a un sacré plan de développement pour les cinq prochaines années, avec nouvelles zones, nouveaux crédits, etc.

D'un autre côté, si c'est pour tout fermer à la moindre goutte…. La ville, située juste en face de Hong Kong, ne présente aucune curiosités touristiques particulières, c'est plutôt un gros port industriel pas spécialement passionnant OCT East se trouve à environ une demi-heure de route au nord du centre ville de Shenzhen.

C'est un parc très différent de ce dont on a l'habitude puisqu'ici les attractions sont relativement peu nombreuses. Cela est toutefois compensé par une taille et une situation rarement vu dans un parc d'attractions, grâce à un site naturel exceptionnel, avec des variations d'altitude qui doivent atteindre près de mètres entre les points les plus hauts et les plus bas!

En fait, plutôt que de parler de parc d'attractions, je pense que le terme resort est plus approprié à OCT East! Car en plus des manèges, le parc possède aussi une demi-douzaine d'hôtels, un parc aquatique, un golf et même un temple, construit au sommet d'une colline.

Niveau géographie, OCT East s'organise en deux grandes zones. Regime rapide et efficace anglais 82 avez tout d'abord Ecoventure Valley parfois également appelé Knight Valleyqui couvre la colline donnant sur la baie et comporte la majorité des manèges du coin.

Une fois passés derrière la colline, vous arrivez à Tea Stream Resort Valley où sont situés la plupart des hôtels ainsi que tout un ensemble de jardins à thème. L'ensemble est relié par tout un réseau de trains, funiculaires et télécabines assez bien fichu, qui demande néanmoins pas mal de temps pour passer d'un endroit à l'autre. Tant qu'à être là, vous imaginez bien qu'on a fait les deux, même si au final ça a parfois été un peu la course! Voilà, je crois que j'ai tout dit pour cette intro, place maintenant à la visite!

Ecoventure Valley Une fois passée l'entrée somme toute très minimaliste du parc à peine une dizaine de tourniquets et même pas de porte symboliqueles deux premières attractions que l'on croise ont le bon goût de nous annoncer qu'elles sont fermées!

En l'occurrence, il s'agit du parc aquatique et du Flume Ride. On va dire qu'on regrettera plus le second que le premier car, vous ne le savez peut être pas, mais le Flume d'OCT East est tout simplement le plus grand au monde, avec un parcours d'un kilomètre de long, cinq descentes, le tout sur un dénivelé de 50 mètres et avec, juste pour le fun, un passage à travers l'un des hôtels du parc, caché derrière une immense cascade!

Mais bon voilà, suite à l'accident qui a eu lieu en sur un des manèges du parc, j'ai comme l'impression que les autorités locales sont subitement devenues un peu plus regardantes quant à la sécurité des attractions, donc pas de bûches ni de toboggans… Bon allez, ne déprimons pas trop et continuons la visite avec Seafield Village, une jolie petite zone thématique bordant un lac.

Pas d'attractions ici, juste quelques boutiques, des restos et une salle de théâtre. Juste au-dessus se trouve Adventure Canyon et là, côté manège, on est déjà mieux servi avec tout d'abord un gros Bobkart de chez Wiegand et, un peu plus loin, un très beau Splash Battle ainsi que Miles to Earth Center, un Dark Ride 4D mélangeant la technique de Spiderman à la déco du Voyage au Centre de la Terre de Disney Sea pour un résultat somme tout assez satisfaisant!

Enfin la star, ici, plus que les attractions citées précédemment, c'est sans conteste Wood Coaster. Je sais, le nom est nul mais on commence à avoir l'habitude en Chinepar contre le grand huit lui est une grosse tuerie! Et, y a pas à dire, les p'tits gars de GCI se sont fait plaisir avec l'incroyable terrain dont ils disposaient! Je ne vais pas vous faire en détail tout le parcours, ce serait un peu laborieux, sachez juste que chaque mètre linéaire de cette bestiole n'est que pure merveille, que les airtimes s'enchaînent les uns derrière les autres et que la sensation de vitesse est tout bonnement phénoménale!

Parmi les petits moments de folie de ce chef d'oeuvre, citons la grande descente, qui se fait en deux temps, avec une vue magnifique sur la baie dans la première partie et une rasade de G négatifs à en pleurer dans la seconde. Ensuite y a aussi cet incroyable demi-tour en escalier entre les deux fers à cheval sur le côté droit du circuit ainsi qu'une succession de mini bosses qui n'est pas sans rappeler celle que l'on peut trouver sur l'El Toro de Plohn!

Vous l'aurez donc compris, ce Wood Coaster est aussi excellent que son nom est mauvais. Allez, c'est pas tout mais y a encore une ou deux choses à voir à OCT East Donc tout le monde en télécabine, direction Peak Highland, la partie du parc située sur la crête tout en haut de la colline.

Ici se trouve une tour panoramique, une plateforme en verre spéciale acrophobiques et deux Boosters bien orientés vers le vide mais hélas interdits aux plus de 75 comment perdre du poids en faisant du tapis de course qualité Du coup, Mathias fera son tour et nous on pleurera d'avoir abusé du Din Tai Fung en fait pas tant que ça.

Ensuite, on peut à nouveau redescendre sur Ecoventure Valley via un très raide funiculaire mais on va plutôt prendre celui qui va vers Tea Stream Resort Valley et qui est suivi d'un bien long et trèèèès lent tour en train, cela dit vraiment joli car sillonnant le long des collines, au-dessus des nombreuses étendues d'eau du resort. Au final, tout cela prend presque une heure mais ça permet un peu de se reposer parce, mine de rien, c'est qu'il faut marcher et grimper dans ce parc!

Le plus imposant de tous est l'hôtel Interlaken, reproduction moyennement réussie de la ville suisse. Disons qu'on sent qu'il y a eu du budget, par contre, côté entretien, c'est nettement moins ça : l'hôtel n'a même pas cinq ans que les façades sont déjà bien crades, que les fissures apparaissent un peu partout, bref, une fois de plus, la qualité de construction à la chinoise, c'est loin d'être ça!

Après cela, direction Wetland Garden, un jardin botanique avec serre tropicale, grands champs de fleurs et les deux seules attractions de la Valley : un ballon captif Aérophile cocorico et un circuit de chez Gerstlauer avec véhicules tournoyants comme on peut en trouver également un à Tripsdrill. Pour finir, direction Ancient Tea Town, un petit village perdu au milieu des rizières que l'on a visité en Segway chinois histoire de gagner un peu de temps!

L'ensemble est vraiment magnifique et tellement grand qu'on se demande si ça va finir par s'arrêter à un moment! Au final, même si je viens de vous résumer cela en à peine une dizaine de lignes, on aura passé quatre bonnes heures dans Tea Stream Resort Valley à se balader, et encore, on n'a pas du voir la moitié de tout ce qu'il y a à y découvrir! Mais c'est que le temps passe et qu'on a bien envie de se faire encore quelques tours de Wood Coaster.

Donc retour à Ecoventure pour finir la journée, avec en conclusion à celle-ci un spectacle sur la scène en plein-air du parc. Au programme, gros gloubi boulga à la chinoise mêlant un peu tout et n'importe quoi fontaines, acrobaties, trapèze, effet de feux, parade, etc. Et maintenant l'heure du verdict arrive Vous avez lu beaucoup de choses négatives dans ce que je viens de raconter sur OCT East? Ben ça doit être parce que ça nous a bien plu!

En même temps, faut dire qu'il n'y aurait eu que le Wooden, on aurait déjà été ravis! Mais là y a aussi ce décor hallucinant, ce dénivelé, cette verdure et tout ce qui fait d'OCT East un parc vraiment à part! Et c'est sans doute là son plus grand point fort!

Parc visité : Happy Valley Shenzhen Après la démesure et l'originalité d'OCT East, retour à du parc bien plus classique avec le troisième et dernier des Happy Valley que l'on a visités durant ce trip.

Happy Valley Shenzhen est ce que l'on peut considérer comme le premier des grands parcs à thèmes chinois. Il a ouvert ses portes en et à depuis vu l'apparition de nombreux petits frères un peu partout en Chine.

Comme tous les autres Happy Valley, celui de Shenzhen est très grand et plutôt bien conçu, avec de nombreux points d'eau et une part importante laissée à la verdure. Du coup, on s'est contenté de faire les crédits et un deux autres petits manèges. Faut dire que, week-end oblige, le parc était particulièrement rempli et que, comme la gestion du débit n'est pas le fort des chinois, loin s'en faut, on n'avait pas spécialement envie de moisir trop longtemps dans des files pour des attractions que l'on avait déjà faites ailleurs!

Hélas, bien que le grand huit soit terminé depuis juinil n'a toujours pas ouvert ses portes au public, cela étant sans doute dû au serrage de vis de la commission de sécurité après l'accident d'OCT East Côté confort, c'est un peu moins doux qu'à Pékin mais ça passe toujours bien mieux que le modèle standard, et je ne vous fais même pas la comparaison avec celui de SBL!

Sauf que là, contrairement à Happy Valley Beijing, il était ouvert et que, à l'opposé du modèle Golden Horse de World Joyland, il s'agit là d'un original de chez Vekoma. Pour le reste, le parcours n'est toujours pas révolutionnaire mais la déco est très sympa et, pour une fois, voilà une montagne russe chinoise qui tourne avec deux trains! Baby Coaster Une Pomme chinoise fermée. Wild Elfin La plus grosse attente de tout le trip! Enfin que voulez-vous, il semblerait que la lap bar des wagons ne soit pas suffisante pour nous protéger d'une morte certaine et des ceintures trois points ont ainsi été rajoutées.

Je ne vous raconte pas les conséquences sur le débit. Ah ben si, je l'ai déjà fait : 90 minutes de poireautage! Côté crédits, tout est dit, que reste-t-il d'autre? A noter pour finir que Happy Valley Shenzhen possède également un parc aquatique, fermé lors de notre passage enfin ça c'était prévu.

On y trouve pas mal de toboggans intéressants genre Master Blaster, Aqua Loop, Boomerango, soupière, etc.

Et voilà, le tour est fait. Reste plus qu'à conclure Si côté attractions, Happy Valley Shenzhen s'en sort moins bien que ses deux petits frères de Pékin et Shanghai, le parc n'en demeure pas moins agréable à visiter en raison d'un gros paquet mis sur la déco et les espaces verts. Bon ok, l'entrée et la zone Happy Times où est regroupé tout un bataillon de manèges italiens aux couleurs bariolées ne sont pas très heureuses, mais pour le reste, rien à redire!

C'est frustrant mais à force, on finirait presque par s'y habituer Window of the World est un parc de miniatures type Mini Europe, Minitalia ou plein d'autres parcs du même genre qui sentent bon les années 80!

Le souci généralement dans ces parcs, c'est que les maquettes, ça demande pas mal d'entretien et, ça tombe mal, la maintenance, en Chine, ils n'ont pas l'air d'avoir encore trop saisi le concept! Du coup, à la non surprise général, ce Window of the World fait très vieillot, que ce soit avec sa reproduction du plateau de Gizeh envahi par la mousse, son arc de triomphe parisien couvert de coulure de pluie ou son île de Manhattan où trônent encore le World Trade Center!!!

Au milieu de tout cela, il y a tout de même quelques manèges Le premier est un Soarin' Huss, au fonctionnement identique à celui de Happy Valley Shanghai mais présentant un film différent, où l'on survole cette fois les Etats Unis.

L'attraction souffre exactement des mêmes défauts que sa consoeur de Shanghai : manque d'immersion et mécanique trop présente.

Le film en revanche, lui, est de très bonne qualité! Pour ce qui est du Flume, il est plutôt pas mal, avec une seule descente mais également un parcours assez long, dont le point fort est de longer le bord de la reproduction locale des chutes du Niagara.

Dernière attraction notable de Window of the World, Amazon Bobkart Slide, un très long Bobkart de chez Wiegand, entièrement construit dans la forêt. Curieusement, on ne peut ici pas contrôler la vitesse.

Néanmoins, celle-ci est particulièrement élevée et, avec la présence des arbres tout autour du circuit, la perception que l'on en a n'est que renforcée! Sans doute la meilleure attraction du genre qu'on ait testée! Eh mais attendez J'ai accelerer pousse cheveux femme islam oublier quelqu'un!

Le crédit! Enfin au moins il ne fait pas mal, ce qui est rare lorsque le parle de montagnes russes SBL! Voilà, ce sera tout pour Window of the World, un parc dont on ne retiendra pas grand-chose mais qui peut sans problème se combiner avec une journée à Happy Valley qui se trouve juste à côté!

Parc visité : Chimelong Paradise On quitte Shenzhen le temps d'un chapitre, direction Canton, où nous attend Chimelong Paradise, le parc le plus populaire 6 millions de visiteurs par an d'une république sensée l'être tout autant, mais aussi quasi le seul à être entièrement détenu par un groupe privé.

Outre le parc, qui regroupe une bonne quarantaine de manèges mécaniques de toutes sortes, Chimelong c'est aussi un hôtel cinq étoiles, un gigantesque parc aquatique hélas fermé pour la saisonun zoo et un cirque à la renommée internationale.

Bref, anti rides dès 25 ans a de quoi faire et, pour pas changer, on va commencer avec les crédits!

Ok, vous me direz que mis à part deux virages, c'est la même chose que Sheikra. Mais c'est pas grave, Sheikra est une tuerie et celui-ci donc également! Hélas c'est aussi la seule attraction vraiment géniale de ce parc qui ne manque pourtant pas de manèges! Half Pipe Faut vous y faire, les noms de montagnes russes à Chimelong sont tout sauf originaux!

Dans les deux cas on avait trouvé cela rigolo, à Chimelong, ce fut tout le contraire, en raison d'incessantes vibrations qui vous détruisent bien le dos sur les 90 secondes que dure le tour!

Non mais tant qu'à mettre de l'Intamin, il ne pouvait pas construire un Mega Coaster, je le jure, je n'aurais pas râlé si ça avait été un clone de Bizarro ou de Ge Force! Mais non fallait que ce soit une de ces saloperies à 10 inversions, avec son insupportable enchaînement de Heartline Roll!

C'est vrai que pour la com', avoir le grand huit avec le plus de renversements au monde c'est tout de suite plus parlant que d'avoir celui qui fait le plus hurler les demoiselles de plaisir! Enfin, la bonne nouvelle, c'est que ce modèle tremblote moins que celui de Thorpe. Pour le reste, je n'arrive toujours pas à trouver le moindre intérêt à la chose. Et dire qu'on va s'en ramasser un second à Europe au parc de Cine Citta… Motorbike Coaster Après les deux déconvenues Intamin, on était presque content de trouver du Vekoma sur notre chemin!

Au programme, le même Motorbike Coaster que celui de Toverland, l'à-coup dans le premier fer à cheval en moins. De ce fait, c'est assez plaisant, bien plus en tout cas que les deux Intamin locaux! Comme quoi les chinois aussi ont leurs Marseillais La petite nouveauté ici par rapport aux autres modèles identique est que le passage entre la première descente et le fer à cheval a été surélevé d'une dizaine de mètre, offrant ainsi un énorme plat qui ne sert à rien.

Une fois les crédits testés, que reste-t-il d'autre à faire à Chimelong Paradise. Après, y a encore une très grosse dose de manèges familiaux. De ce point de vue, quasi tout le catalogue Zamperla y est passé. Et puis sinon l'indispensable ciné 4D et plusieurs shows dont un de cascades lorgnant plus qu'un peu sur le Water World d'Universal pour un résultat somme toute assez chouette!

Voilà, ce sera tout pour Chimelong. Au final le parc n'est pas mauvais mais c'est pas non plus extraordinaire, loin de là. Lorsque les rides sous les yeux sont trop marquées et que les soins cosmétiques ne suffisent plus, on peut opter pour la médecine esthétique. L'injection d'acide hyaluronique va ainsi repulper la zone pour un effet qui dure environ six mois. Autre solution, le laser fractionné.

En quatre ou cinq séances, ce procédé améliore la qualité de la peau, atténue les rides et lisse les cernes. En traversant l'épiderme, le laser stimule les cellules qui fabriquent le collagène et l'élastine. Le résultat dure deux ans.

Il existe une version plus abrasive, le CO2 fractionné, qui traite les rides profondes et les peaux ayant perdu leur élasticité. Aller au contenu principal. Accueil Beauté Maquillage et soins Anti-âge : les bons gestes pour préserver notre capital jeunesse Les rides sous les yeux marquent le visage et lui confèrent un air fatigué.

En ce moment. Des produits iconiques au pied du sapin. Quand Sisley nous convie à un automne féerique.